MON COMPTE
SE CONNECTER

Bienvenue ! Connectez-vous à votre compte utilisateur

Mot de passe oublié ?
ou
NOUVEAU COMPTE

Créez votre propre compte utilisateur

Le biomimétisme ou l'avenir de l'architecture

Projets "Ecotone" : la nature au service de l'architecture

Le biomimétisme ou l'avenir de l'architecture

Quelle est l’architecture de demain ?

Deux projets homonymes semblent avoir trouvé la réponse à cette question : le biomimétisme. Ecotone, tel est le nom de ces futurs complexes soucieux de l’environnement. Ces nouveaux espaces urbains se veulent ainsi comme des zones de transition écologique entre deux écosystèmes. Passage de la mer à la montagne, d’Antibes à Sophia Antipolis pour l’un et passage de Paris à la vallée de la Bièvres, de l’autoroute A6 au coteau d’Arcueil pour l’autre, ces Ecotones se pensent comme les parangons du biomimétisme architectural.

Qu’est-ce que le biomimétisme ?

Le biomimétisme est un processus d’innovation qui consiste à s’inspirer du vivant. Autrement dit, les ingénieurs reproduisent des modèles et des mécanismes biologiques et les transfèrent vers la technologie. Si le vol des pigeons a inspiré les frères Wright pour élaborer l’ancêtre de l’avion, ce sont les pommes de pin ou encore les termites qui ont guidé les architectes lors de la conception de ces projets.

Ainsi, le bâtiment d’Arcueil fonctionnera sans climatisation. Les parois en façade s’ouvriront et se fermeront en fonction de la météo permettant ainsi de réguler la chaleur en reproduisant le mécanisme de la pomme de pin. Conçu comme une termitière, il bénéficiera par ailleurs d’une ventilation naturelle.

Projet Ecotone Arcueil - Crédit image Cécile Dubois

A Sophia-Antipolis, l’architecte Jean Nouvel, rendu célèbre par ses réalisations comme le Louvre Abu Dhabi ou encore le Musée du Quai Branly, accompagné de Manal Rachdi architecte reconnu du biomimétisme, a conçu Ecotone comme un espace ouvert sur la nature. Avec près de 60% du projet composé d’espaces verts, le bâtiment sera le plus végétalisé jamais construit. Ecotone Sophia-Antipolis se rêve ainsi campus écologique du XXIème siècle et pôle d’excellence du biomimétisme du Sud de la France.

Les questions environnementales ont guidé l’élaboration de ces complexes. Au biomimétisme s’ajoute donc des méthodes de réduction de la consommation des ressources. La chaleur et les eaux usées seront notamment récupérées tandis que des panneaux solaires et des éoliennes urbaines seront installés.

Projet Ecotone Sophia-Antipolis - Crédit image Ateliers Jean Nouvel – OXO architectes – Atelier d’Architecture Foussat Bapt

Ces deux projets ambitieux sont ainsi porteurs d’espoir. L’architecture de demain a pris conscience des enjeux écologiques. Les architectes prennent en compte l’empreinte carbone de leurs créations et développent des méthodes pour réduire le gaspillage et utiliser au mieux les ressources et l’écosystème.

L’économie circulaire apparaît alors comme la solution d’avenir dans la mesure où le gaspillage ne se limite pas aux ressources énergétiques. Repenser la construction est devenu crucial. C’est pourquoi Backacia s’engage dans cette lutte contre le gaspillage et encourage les acteurs du bâtiment à pratiquer le réemploi. Avec sa marketplace, Backacia offre ainsi une seconde vie à une multitude de produits.