MON COMPTE
SE CONNECTER

Bienvenue ! Connectez-vous à votre compte utilisateur

Mot de passe oublié ?
ou
NOUVEAU COMPTE

Créez votre propre compte utilisateur

Paysage urbain : les mutations du bâtiment en faveur de l’environnement

Les enjeux environnementaux entrent désormais en jeu dans la conception et la construction des bâtiments.

Paysage urbain : les mutations du bâtiment en faveur de l’environnement

Notre paysage urbain change et doit s’adapter au contexte écologique, critère désormais pris en compte systématiquement dans la conception et la construction des nouveaux bâtiments. Réglementation thermique, domotique ou encore réemploi de matériaux de chantier, voici les caractéristiques des nouvelles constructions.

Les nouvelles règles de construction

Les nouvelles constructions sont soumises à des réglementations strictes concernant la prise en compte des changements environnementaux. L’objectif est de limiter leurs besoins en énergie en les rendant plus performants.

Ainsi, les bâtiments sont soumis à la loi sur la réglementation thermique, la RT2012. Elle impose 3 exigences. La première concerne la qualité de l’isolation qui doit être optimale, en intégrant une certaine étanchéité à l’air. Vient ensuite la consommation primaire d’énergie, dont le taux à ne pas dépasser est défini en fonction de la situation géographique, du type de bâtiment, de sa taille, etc. En moyenne, il est de 50 kWh par mètre carré et par an. Enfin, la RT 2012 impose une Température intérieure conventionnelle (TIC) soit le maintien d’une température idéale peu importe la saison pour maximiser le confort dans le bâtiment et limiter ses besoins en chauffage ou en refroidissement.

Aujourd’hui, c’est une nouvelle réglementation qui est sur le point de la remplacer : la RT 2020. Elle va bien plus loin dans les exigences de performance thermique puisque son but est de généraliser la construction de bâtiments passifs. C’est à dire si performants sur le plan énergétique qu’ils ne nécessitent aucun moyen de chauffage ni de refroidissement. Le bâtiment doit aussi bénéficier d’un apport minimum en énergies renouvelables. Depuis l’ouverture du marché de l’énergie en 2007, il est possible de changer de fournisseur d’énergie pour opter pour de l’énergie verte. Avec une multitude d’offres disponibles , adaptées à chaque type de consommateur. Il est dorénavant possible de d’économiser sur ses factures énergétiques en comparant les offres sur cette page.

Ces normes imposent également le recours à au moins un moyen de production d’énergie primaire renouvelable tel que un panneau solaire thermique (eau chaude sanitaire), pompe à chaleur, etc. Dans sa conception générale, le bâtiment doit également comporter de grandes ouvertures sur l’extérieur, afin de bénéficier au maximum d’une lumière naturelle et ainsi réduire les consommations liées à l’éclairage électrique. Les surfaces vitrées doivent donc représenter au moins 1/6 de la surface totale du bâtiment.

Dans cette dynamique, on voit se multiplier la construction de murs-rideaux. Ce sont des façades légères, composées de panneaux de verres qui enveloppent la structure du bâtiment mais qui ne participe pas à sa stabilité. Ses panneaux sont le plus souvent posés à l’aide d’une mini-grue araignée, qui est la machine idéale pour ce genre de réalisation.

Un bâtiment plus intelligent

En plus des normes évoquées précédemment, les bâtiments doivent être équipés de moyens de contrôle et de mesure des consommations énergétiques. La gestion technique du bâtiment (GTB) désigne donc le système mis en place pour contrôler les postes de consommation en énergie. Le comptage énergétique permet de connaître la consommation, l’analyser, identifier les postes énergivores, dresser un bilan et fournir des recommandations quant à un mode de consommation plus juste, toujours dans le but de faire des économies et limiter les besoins énergétiques.

La domotique est également de plus en plus présente dès la conception des bâtiments pour justement permettre un ajustement de la consommation, avec des thermostats et ampoules connectés contrôlables à distance ou des systèmes d’éclairage automatique par exemple. Des fournisseurs d’énergie tels que EDF, présenté ici, proposent des offres incluant des systèmes de gestion de l’énergie.

L’économie circulaire dans le bâtiment

L’économie circulaire s’est également invitée dans le secteur du bâtiment avec le réemploi de matériaux de construction et c’est un marché jeune, en pleine croissance. Le réemploi de matériaux de construction consiste à récupérer, auprès d’acteurs du secteur du BTP au moment de la démolition ou de la rénovation d’un bâtiment, les composants initialement destinés à la benne. Ils sont ensuite revendus avec une décote allant jusqu’à 80% du prix du neuf pour être réutilisés sur un autre chantier. Avec 240 millions de tonnes de déchets par an, c’est une solution éco-responsable que de leur donner une seconde vie et éviter le gaspillage.